Laissez-nous sa peine pour danser la nuit

Laissez nous sa peine pour danser la nuit

Sans doute ai-je fait un rêve de confinée. Un rêve dans lequel Pauline Clavière et Angelin Preljocaj mêlaient leurs talents créatifs, l’une avec ses mots l’autre en mouvements, pour dire et danser l’enfermement, la privation de liberté, l’impact psychologique de la détention. Pour hurler à l’unisson et étreindre tendrement les laissés pour compte. Une œuvre […]